Eric Niat succède à Dr Jonas Kouamouo

Mr le Maire Eric Niat

Au terme de trois sessions de plein droit très agitées du Conseil municipal de la Commune de Bangangté à l’effet d’élire le nouveau Maire, Eric Aimé Niat est finalement celui qui conduira aux destinés de cette collectivité territoriale décentralisée dont il fût quatrième adjoint, puis trois adjoint au maire durant le mandat précédent.

Orpheline de son maire suite au décès de Dr Jonas Kouamouo, la ville de Bangangté connaît son nouveau maire depuis la soirée du 19 mai 2021. Dans les grandes démocraties où le peuple exprime libre ses choix, l’on a coutume d’entendre que « les institutions résistent aux hommes », aussi simple que cela, il faut comprendre que les hommes passent, les institutions demeurent. L’élection tant attendue du Maire Eric Niat fera certainement date dans l’histoire politique du Cameroun au chapitre des élections au sein d’un conseil municipal unicolore.

Il a fallu du temps, de la patience, des concertations, des conciliabules pour y arriver là. A l’échelle du monde politique, la nouvelle de l’élection du nouveau Maire Eric Niat a fait l’effet d’une bombe sur l’étendue du triangle national. Peu avant ce jour de son élection, la crise au sein du Conseil Municipal a fait les choux gras de la presse nationale, voire internationale et cristalliser l’attention des millions de camerounais. Comment en est-on arrivé là ?

Difficile accouchement ou accouchement par césarienne ?

Le 02 Mai 2021, les conseillers municipaux tous du RDPC se réunissent à la permanence de leur parti politique pour procéder à une élection en interne au terme de laquelle le vainqueur sera investi par le parti selon leurs us et coutumes connues et acceptées par tous les Conseillers. En présence du mandataire du Comité Central Njankouo Lamère, et du chef de la délégation départementale permanente pour le Nde Clobert Tchatat, dans le calme Eric Niat est choisi par les conseillers au détriment de Jean Lambert Tchoumi. Résultat, Eric Niat obtient 21 voix contre 19 pour l’autre. Rappelons que le Conseiller Tchoumi Jean Lambert en se portant candidat est déjà membre de l’exécutif municipal où il est deuxième adjoint au Maire.

Le 03 Mai 2021, au cours de la session de plein droit convoquée par le Préfet du Nde, Ewango Budu Ernest, il est question pour les conseillers d’entériner les résultats du vote du 02 Mai. D’après les textes de base du parti, le candidat investi est sans concurrent le jour dit. Ce jour-là, 16 conseillers sur 40 sont présents. Il en faut 27 pour que la session se tienne dans les normes. Pour défaut de quorum non atteint, le Préfet du Nde suivant les dispositions de la loi est contraint de reprogrammer une autre session dans les 72h. Cette fois, plus besoin de quorum, mais le mandataire du Comité central rappelle, signe, insiste et persiste qu’il n’y aura plus d’autres candidatures à l’exception de celle du candidat qui a remporté les primaires en interne. Chacun le sait, la discipline du parti doit être respectée.

Le 06 Mai dans la salle des actes de la nouvelle mairie, tous les conseillers municipaux sont présents pour cette autre session. Pendant qu’ils y sont, une autre candidature est déclarée dans la salle, celle de la Conseillère Municipale Mme Nana Évelyne contre Eric Aimé Niat. Face à cette surprise, Ndjankouo Lamère va rappeler à ses camarades ce que prévoit les lois du parti auxquelles ils ont tous adhéré, et que rien ne pourra modifier le verdict des primaires obtenu au soir du 02 mai et donc le procès-verbal a été signé par tous et acheminé à la haute hiérarchie du parti à Yaoundé. Face à cet imbroglio, le Préfet du Nde, avant de se retirer dans la salle demandera aux conseillers municipaux et leurs supérieurs de trouver un terrain d’entente pour que le Maire soit élu. Il demande d’être rappelé lorsqu’ils auront finalement accordé leur violon. Plus de deux heures de débat nourri d’échanges, rien n’est fait. Madame Nana maintient sa candidature, le bureau d’âge demande de passer aux élections. Ce que refuse Eric Niat qui voudrait que la discipline du parti soit respectée. Position partagée par les représentants de la hiérarchie du parti qui n’ont d’ailleurs pas cessé de rap-peler que leur position n’évoluera pas car la démocratie a prévalu au sein du parti. Rappelé, le Préfet regagne la salle pour la suite, malheureusement pour lui, les positions se radicalisent davantage. A l’extérieur, les populations agitent le spectre d’une émeute. Des deux côtés, on attend impatiemment l’élection du nouveau maire, pour d’autres, il n’est plus question d’élection mais plutôt de confirmation. Au regard de la situation qui pré-vaut, dans le souci de calmer les populations afin que l’ordre public soit préservé, Ernest Ewango Budu va renvoyer les deux parties dans leur propre vestiaire qui n’est autre que le comité central du RDPC. Une réunion de crise présidée à Yaoundé au siège du parti réunira autour d’une table les acteurs de premier plan. Il est rappelé à tous que le résultat du 02 mai en in-terne reste maintenu, ceci dit les lois du parti doivent être respectées par chaque militant se reconnaissant de ce parti.

Le préfet convoquera une autre cession le 19 mai 2021. Au lieu de 40 conseillers, ils sont au nombre de 39 avec une procuration invalidée parce qu’elle contenait des anomalies constatées. Après constitution du bureau d’âge, le Président du groupe communal présentera Eric Niat comme unique candidat. Vu les dispositions de la loi qui autorise à tout conseiller de se porter candidat, une autre candidature va se signaler. C’est celle Nyangang Robert, Premier adjoint au Maire qui assure l’intérim depuis le décès du maire Dr Kouamouo. Cette autre candidature inattendue va relancer le débat et prolonger davantage le suspens au sein d’un conseil déjà fortement divisé. Une fois de plus, l’autorité administrative prendra congé en demandant à tous et à chacun de prendre ses responsabilités. Il ne fera son retour dans la salle que si et seulement si un consensus est trouvé, car garant et soucieux de l’ordre public. Pendant des heures, le candidat Nyangang maintient sa candidature, et Eric Niat reste sur sa position. Djankouo Lamère et Clobert Tchatat prendront tour à tour la parole pour inviter les conseillers à respecter le verdict des primaires et aussi à respecter la discipline du parti. Quelques échanges entre conseillers municipaux ne changeront rien à la position des deux candidats. Le bureau d’âge se positionne en faveur d’une élection entre les deux candidats, ce que n’entendent pas les mandataires du parti. Comme dans une salle d’attente, les conseillers se fixent dans les regards pendant des heures, chacun pouvant deviner quelque chose dans le regard de l’autre. Il est déjà 20h dans la ville de Bangangté. Sous une fine pluie, les populations sont à l’extérieur hurlent, crient désespérément, ne comprennent pas ce qui se passe. Vu la position du Comité central, surtout de celle d’Eric Niat, au regard des sanctions qui se dessinent et de la pression qui y va avec, le candidat Nyangang Robert prend parole pour annoncer le retrait de sa candidature. Des applaudissements fussent dans la salle, le Préfet est appelé pour la suite. En sa présence, Eric Niat sera élu maire avec 21 voix contre 18 bulletins nuls. Après signature de cette délibération municipale, Eric Niat, en sa qualité de nouveau maire s’exprimera pour la première fois devant ses camarades. En une seule phrase, il promet de travailler avec tous ses adjoints et tous ses conseillers municipaux pour que vive le développement local dans la Commune de Bangangté. Après avoir reconnu l’œuvre de ses prédécesseurs, il a dit qu’il y a beaucoup à faire pour le développement de la Commune et partant la recherche des solutions idoines répondant aux besoins des populations sans qui on ne parlera pas de développement local. Le Préfet quant à lui, visiblement satisfait du dénouement a exprimé au nouveau maire et à l’ensemble de tous les conseillers municipaux sa totale disponibilité à servir en tout temps le développement local et la décentralisation à travers son accompagnement sans failles de toutes les actions qui concourent au bien-être des populations de la Commune.

Comme les jours se suivent et ne se ressemblent pas, autant les élections sont pareilles. Une élection, pas comme les autres. Pour y arriver là, trop d’eau a coulé sous le pont. Une crise électorale qui fera date et laissera si rien n’est fait des traces dont on aura la peine à atténuer ses effets et ses con-séquences. L’unité d’une famille n’a pas de prix, fut-elle même une famille politique où les intérêts priment très souvent sur les convictions politiques des uns et des autres. Toujours est-il qu’il faut revenir à l’orthodoxie et au bon sens. Eric Niat est conscient que l’unité de ce conseil municipal dont il est le chef sera son premier ballon d’essai. Répondant aux questions des journalistes, Il assure d’œuvrer pour le retour de la sérénité au sein du Conseil car dit-il au-delà des préférences qu’il n’a d’ailleurs pas, il est appelé à travailler avec tout le monde et sera à l’écoute de tous pour le bonheur de sa population. Il ne se lassera pas de tendre ses mains tant que cela est nécessaire pour que la Commune qu’il va désormais diriger reprenne sa marche en avant. Des propos qui rassurent et donnent à espérer que après cette forte pluie, viendra le beau temps sous les cieux de la Commune de Bangangté.

A propos Commune de Bangangté 400 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*