Mariage collectif à Bangangté: la Mairie aide 7 Couples à régulariser leur situation et mettre fin à de nombreuses années de concubinage.


A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Famille le 15 Mai, Madame le Maire et ses 2 adjoints,  Dr Kouamouo et Virginie Tamen Fotso ont célébré ensemble 7 mariages civils dans la salle des fêtes de la Mairie pour la plus grande joie des familles et des enfants des mariés du jour.

Ils étaient donc 7 couples sur 10 prévus et enregistrés  pour convoler en justes noces devant un public venu nombreux pour témoigner et partager ces moments de bonheur. Les futurs  mariés vêtus pour cet événement très attendu, accompagnés des témoins, parrains, familles et amis ont pris place dans la salle des fêtes décorée de ballons et fleurs naturelles dès les premières heures de la matinée.

A 10h30 les officiers d’état civil, Célestine Ketcha Epse Courtès, Dr Jonas Kouoamouo et Virginie Tamen Fotso font leur entrée dans la salle sous les youyous des participants heureux de se rapprocher ainsi du dénouement de cette vie de couple sans statut républicain.

Après avoir remercié les futurs mariés d’avoir accepté la main tendue de la Mairie pour les faire entrer dans la légalité, la parole est donné à chaque couple pour indiquer le nombre d’années passées ensemble. C’ est ainsi que l’on a pu constater que 2 couples en étaient à  leur 40 ème année de vie ensemble, 1 à plus de 30 ans, un couple à plus de 10 ans et le plus jeune approchait un an de vie en concubinage.

Les articles 212-213-214 et 215 du Code Civil servent, comme il se doit, de base de célébration pour souligner les obligations et droits des conjoints. Ouvrant la célébration, Mme le Maire  donne lecture de l’Article 212 avant de délivrer les conseils qui découlent de cet article qui prône l’amour, la fidélité et l’assistance. Le Dr Kouamouo Jonas 1er Adjoint au Maire, quant à lui donne lecture de l’article 213 et des recommandations nécessaires et Virginie Ntamen 3e Adjoint au Maire prodigue aux futurs mariés les vertus de l’article 214 avant de céder la parole au Maire Ketcha Courtès qui termine avec la lecture de l’article 215. Il a été question d’amour et de dialogue prêchés en terrain quasi conquis pour des mariés  cumulant 10, 20, 30 et 40 ans de vie en commun.

La fête ensuite est belle grâce aux enfants et petits enfants qui constituent les fans clubs de chaque couple, par leur cris, applaudissements et reprise des morceaux choisis par la Mairie pour animer ce mariage collectif ont bien chauffé la salle des fêtes.

La  Responsable de la Commission des Affaires sociale très heureuse de voir les actions de la Mairie en faveur de la famille a tenu à prendre la parole pour remercier les mariés d’être sortis du  » Sossongo » et l’exécutif municipal pour le respect de la parole donnée aux électeurs.

Pour Madame Evelyne Nana, en sa qualité de Présidente du Réseau des Femmes de Bangangté, qui  assiste à cette célébration organisée par la mairie de Bangangté de concert avec la Délégation Départementale de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff), ce mariage collectif est «une leçon d’humanité car il y a quelques instants ces couples qui vivaient dans l’illégalité, la précarité et la clandestinité,  ont changé de statut » déclare-t-elle avant de leur souhaiter bon vent et les assurer de la continuité de leur formation sur les droits de la famille et la cohésion au sein de la société.

C’est avec joie que le Conseiller Hassan, témoin d’un couple, a salué la gratuité des mariages collectifs civils qui permet de mettre les couples en règle.

Le mariage collectif a été organisé pour la 1ère fois au Cameroun par le Ministère de la Condition Féminine. A la question de savoir l’origine de leur « union libre » entendue «vient on reste », certains ont évoqué le manque de revenus financiers, le temps de bien étudier son partenaire et le manque de volonté. Mme Célestine Ketcha Courtès, Maire de la Commune de Bangangté, engagée dans le Plaidoyer pour la parité ( ODD5), le mariage collectif civil vise à assurer la  stabilité au sein des familles, donner un statut légal à la femme et aux enfants, assurer la sécurité des couples, promouvoir le mariage civil régulier et aider ceux qui n’ont pas les moyens de payer les frais exigibles.

C’est dans un consentement mutuel que les couples ont signé pour le régime monogamique ou polygamique.

Après leur avoir offert des cadeaux sur fonds propres de la Mairie, les couples ont été invité à une séance photo avec les Maires. C’est en 2010, que la Commune de Bangangté avait célébré pour la dernière fois ce type de mariage.

A propos Commune de Bangangté 383 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*