Bangangté: Un modèle de gestion des partenariats au développement

Porteur d un grand espoir, le tournant pris par la Commune de Bangangte sous la houlette CELESTINE KETCHA COURTES fait désormais exemple .En poste depuis 2007, l’édile a réussi a capitaliser la décentralisation et la coopération internationale pour les engager au service du développement local.

« Oui je suis une femme et je veux réussir ». Comme un pave jeté dans la mare ou un crime de lèse-majesté, cette prise de parole de Célestine KETCHA COURTES pouvait paraitre comme prétentieuse. Peu nombreux étaient ceux qui misaient une pièce sur la candidature de celle qui aspirait à succéder à Marcel NIAT NJIFENDJI à la tête de cette mairie longtemps tenue par des mâles. C’était sans compter sur la pugnacité de celle qui, sûre de son fait et de ses armes au rang desquelles son ingéniosité, son dynamisme et surtout son entregent, enfonçait le clou en déclarant, un brin provocatrice et un tantinet sexiste mais tout à son aise, que « Le management est naturel en la femme » .malgré les énormes défis, son espoir restait intact pour ensemencer et sédimenter le développement à marche forcée dans la commune de la ville de Bangangté. Une rhétorique qui a, depuis, trouvé une large résonnance auprès des populations non sans susciter leur adhésion au projet de société dont elle est porteuse et dont le but ,en bout de course ,est de sortir la commune et les populations de Bangangté des ténèbres de la pauvreté et du sous –développement. Sous sa houlette, le chef-lieu du Département du Ndé et son proche voisinage fourmillent aujourd’hui de faits d arme. Signe que l’édile entend résolument leur faire porter le masque du progrès.

Etendre sa voilure

La portée de la méthode inclusive prônée par cette adepte du développement participatif qui « indique la direction et engage tout le monde à mettre la main à la pate » se mesure désormais a l aune de son engagement à installer la cité de son cœur aux standards de la modernité. Chantre de la décentralisation qui permet à chaque commune de puiser les ressources supplémentaires pour accompagner l’Etat, elle la couple, dans l’intervalle, à la coopération internationale pour en faire les principaux leviers de son action .Comme quoi, de bon carnets d’adresses peut toujours l’aider. A tout va, elle ouvre d’importants chantiers pour ensemencer et de sédimenter le développement de la commune de Bangangté et d’apposer sa signature sur les pages désormais dorées et colorées du livre d’histoire de sa ville de cœur. Madame sait s’entourer. C’est décidé : son projet de société sera traduit à l’aide humanitaire et à la gestion des risques » L’Etat camerounais à travers le Minrex, le FEICOM, la BAD, les « Enfants du Ndé » la Fondation Veolia Environnement, l’Etat du Maroc, l’Agence de l’eau Seine –Normandie feront également partie de l’expédition. Sans oublier l’Association ERA-Cameroun, le Syndicat international d’assainissement de l’agglomération parisienne et le projet PRODESO, une initiative franco-camerounaise pour le développement solidaire qui ont tôt fait de composer leur ticket pour se trouver aux premières loges dans ce voyage à destination de l’amélioration du cadre de vie des populations. Le résultat n’en est que plus éloquent.

L’eau c’est la vie

On pourra citer de manière non achevée :

-la réhabilitation des stations de production d’eau dans les cantons
-le projet de maitrise d’ouvrage durable dans le secteur de l’eau et de l’assainissement cofinancé avec l’association internationale des maires francophones.
-la signature d’une convention de renforcement de l’accès de l’eau potable entre la commune de Bangangté et les partenaires de développement, notamment la Fondation Veolia environnement, Era-Cameroun et l’Etat du Cameroun dans le cadre du PRODESCO. Un projet visant à améliorer l’accès de l’eau potable pour atteindre les 75% de couverture du service public de l’eau tels que prévus sur le plan national de lutte contre la pauvreté d’ici 2015 .Avec la réhabilitation du réseau Camwater, l’ approvisionnement en eau devient une réalité en zone rurale de la commune de Bangangté. Le cap de 85% est atteint. On se rapproche des OMD.

Les villages de Bandiangseu et de Bangoua peuvent exulter.

-Les toilettes écologiques construites dans les écoles et les marchés restent la cerise sur le gâteau des noces entre les populations et leur édile. Et pour cause, l’urée qui en est recueillie est utilisée dans l’agriculture. Une innovation de taille.

Aujourd’hui, le Chef-lieu du Département du Ndé n’est pas peu fier de son statut de fer de lance en matière de développement urbain .Son exemple à depuis fait des émules et la reconnaissance n’a pas tardé à arriver en bout de chaine. Le premier prix national des meilleures pratiques communales et de développement local décerné par le FEICOM en Février 2012 en est la meilleure illustration. Et crise sur le gâteau. La commune de Bangangté vient d’honorer le Cameroun, à travers le prestigieux prix de l’Excellence des Nations Unies en matière de service public. Jamais femme n’aura autant marqué l’histoire de cette commune .Pour sur, pour avoir soulevé un vent d’espoir, l’empreint de Celestine Ketcha Courtés va durablement irradier l’histoire de la ville de Bangangté. Et l’exultation des populations, fières comme Artaban, n’en sera plus que forte. Grand bien leur fasse, en tout cas, d’avoir trouvé en leur maire, qui entend encore étendre sa voilure, une vraie mère qu’elles appellent affectueusement « Maman ». Juste reconnaissance.

A propos Commune de Bangangté 406 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*