Partenariat strategique AIMF/UE – Groupe de plaidoyer « Services Essentiels »: Célestine Ketcha et ses ambassadeurs se concertent.

Le 10 Avril dernier, la salle des actes de l’hôtel de la ville de Bangangté a servi de cadre à l’atelier régional de concertation sur les Services Essentiels. C’était sous la présence du Préfet du Ndé, Monsieur Oumarou Haman Wabi. Réunis autour de Madame Célestine Ketcha Courtes, Maire de la Commune de Bangangté et présidente du groupe de plaidoyer pour les Services Essentiels regroupant le Sénégal, la Côte d’ivoire, le Burkina Faso et le Cameroun.

C’est autour d’elle que le Cameroun a organisé « son atelier » qui a vu la participation de plusieurs Maires des Régions de l’Ouest, du Nord-ouest et du Sud, les ambassadeurs de l’AIMF, les Délégués départementaux du Ndé, les organisations de la société civile, tous ces groupes d’experts sont venus apporter leurs contributions, leur savoir-faire, partager et réfléchir ensemble sur la problématique liée au besoin en eau potable, à l’assainissement et à la gestion des déchets dans leurs communes respectives. En bref, les questions qui touchent aux Services Essentiels.

Cet atelier régional était la suite logique du premier tenu dans la ville de Douala du 10 au 12 Mai 2016, qui avait réuni à l’Hôtel Sawa plusieurs élus locaux du continent africain, et, Jules Doret Ndongo, Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation avait présidé l’ouverture. Les autorités locales, réunies en association plaident pour une autonomisation effective de leurs assiettes financières afin de leurs permettre de mieux s’armer financièrement, techniquement et qualitativement pour rendre le meilleur service possible aux populations dans les services essentiels tels que l’eau, l’assainissement et la gestion des déchets. A l’issue de cet atelier, le groupe de travail Cameroun (constitué des élus locaux, des acteurs étatiques, des concessionnaires, des acteurs de la société civile, des experts) a élaboré et adopté un plan d’action. Ce plan d’action est centré sur une approche des Ambassadeurs AIMF/SE. La tenue de la première réunion des Ambassadeurs AIMF/SE le 23 Février 2017 à Yaoundé au Sièges des CVUC avait pour finalité de dresser une feuille de route orientée vers les objectifs et missions du groupe Cameroun. L’autonomisation des finances locales vise à donner aux magistrats municipaux les moyens financiers qui leurs permettront de faire face aux besoins de leurs administrés et aussi leur propre statut d’élu.
Pour les services essentiels (eau, assainissement et déchets) il est question d’offrir aux autorités municipales les possibilités d’améliorer l’environnement dans lequel elles exercent leurs prérogatives dans la gestion de l’eau, l’assainissement et des déchets dont la finalité est le bien-être et le développement humain.

Les Objectifs recherchés par ce deuxième atelier portaient sur : L’information des participants sur les enjeux du plaidoyer, Rassembler les données sans les services essentiels : eaux, assainissement et déchets. Le renforcement du plaidoyer pour que le rôle et la place des maires soient renforcés (plaidoyer nationaux). Les problématiques et les positions des Autorités locales soient prises en compte par les décideurs nationaux, régionaux et mondiaux. (Plaidoyers nationaux et supranational). Proposer des recommandations pour la suite du plaidoyer prévue en juin prochain au Canada.

A l’issue des échanges et expériences, l’on a constaté avec satisfaction que la méthode de brainstorming mise en place par Madame le Maire de la Commune de Bangangté, Célestine Ketcha Courtes, par ailleurs présidente de ce groupe de plaidoyer a permis aux uns et aux autres de s’enrichir des expériences des autres dont les résultats tels que : la construction des idées fortes par des arguments solides recensées, La collecte des recommandations pour enrichir la suite du plaidoyer, chaque expert s’est fortement imprégné de son statut, de sa mission et des résultats attendus du plaidoyer pour les services essentiels.

L’on retiendra aussi que cet atelier a permis à tous les participants de comprendre que les Services essentiels (eau, assainissement, et déchets) sont des services de premières nécessités partout au Cameroun ; dont le meilleur service à rendre aux populations locales passe nécessairement par la maitrise des problèmes liés à sa gestion et l’autonomisation financière du magistrat municipal.  Célestine Ketcha, Maire de Bangangté en clôturant les travaux a félicité la participation active de tous, y compris les Maires des Régions anglophones qui ont massivement répondu à l’appel.

Pour la petite histoire, c’est au cours de l’Assemblée générale de l’AIMF à Kinshasa en fin 2014, les Maires rappellent les principaux problèmes auxquels ils sont confrontés et pour lesquels ils attendent un appui de l’AIMF: cadre juridique incomplet, transfert de compétences partiel et manque de clarté dans la répartition des compétences entre les autorités de l’Etat et les différents niveaux de collectivités ; Moyens techniques et financiers en inadéquation avec les compétences transférées ; Difficulté à exercer pleinement leurs compétences, notamment dans les secteurs de l’eau de l’assainissement, des déchets … Difficulté à être reconnus et pris en compte par les décideurs internationaux dans les domaines dans lesquels ils jouent pourtant un rôle majeur…  Cet atelier passe pour être un véritable laboratoire de culture des argumentaires pour soutenir le partenariat AIMF/UE pour le plus grand bonheur des populations locales de nos villes et campagnes.

A propos Commune de Bangangté 384 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*