Procès verbal de la réunion de consultation des forces vives de la municipalite de bangangté tenue le 16 avril 2015

L’an 2015 et le 16ème jour du mois d’avril, s’est tenue dans la salle de délibération de la Commune de BANGANGTE, une réunion de consultation des leaders d’opinions et forces vives de la municipalité de BANGANGTE, relative à la réalisation de l’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du projet de construction d’une Station de Traitement des Boues de Vidange (STBV) à NOUMGHA.

Cette réunion a regroupé les élus locaux de la Commune de BANGANGTE, les forces vives (Universitaires, ONG, Médias…), le partenaire technique de la Commune de Bangangté et les experts du consultant (D&E CONSULTING). La liste de présence jointe en annexe du présent procès verbal, fait état des personnes ayant pris part à cette séance de travail.
Animée par les experts du Consultant et Monsieur TCHAEWO Honoré par ailleurs Chef dudit Projet, cette rencontre qui a débuté à 12 heures 15 minutes, s’est articulée autour des points ci-après:
1-    Mot du Maire, Promoteur du projet ;
2-    Mot du partenaire technique Wastewater Research Unit (WRU) ;
3-    Mot du Délégué Départemental du Ministère de l’Environnement ;
4-    Présentation des activités et impacts potentiels du projet ainsi que les objectifs des consultations publiques ;
5-    Echange avec les participants ;
6-    Mot de clôture.

 
1-    Mot du Maire, Promoteur du projet ;
A l’ouverture des assises, Dr KOUAMOUO Jonas, 1er adjoint au Maire de La Commune de Bangangté a tout d’abord souhaité la bienvenue à l’assistance et remercié les populations pour leur mobilisation, en dépit de leurs diverses occupations. Puis, il a relevé l’importance de ces consultations publiques pour la mise en œuvre de ce projet de traitement et de gestion des boues de vidange. Ces consultations permettront d’informer et de recueillir les préoccupations de toutes les forces vives à prendre en compte dans le cadre de l’Etude d’impact Environnemental et Social dudit projet. Et, tout en souhaitant un bon séjour aux uns et aux autres, il a exhorté les participants à être à l’écoute des propos des consultants.

2-    Mot du partenaire technique Wastewater Research Unit (WRU) ;
Dans la seconde articulation de cette réunion, le M. WANDA Christian, Chef de mission adjoint représentant du partenaire technique Wastewater Research Unit (WRU) de l’Université de Yaoundé I, a précisé leur rôle joué dès le début des études démarrées depuis 2013 pour ce projet. A cet effet, il a indiqué que WRU a accompagné la Commune de Bangangté dans les différentes phases d’activités à travers un appui scientifique et technique.
Par ailleurs, il a mentionné que ce projet a pour objectifs, l’amélioration des conditions de vie des populations en matière d’assainissement et la valorisation des sous-produits dérivés du traitement des boues de vidange. Avant l’adoption dudit projet, une étude de faisabilité concluante avait été menée. Dans ce cadre, un questionnaire d’enquêtes avait été administré auprès aux points de collecte d’une part, à savoir: Les ménages, les structures productrices de boues de vidange (hôtels, prison, hôpital). Et d’autres part auprès des agriculteurs et maraichers des différents groupements de la Communes, potentiels utilisateurs des produits issus de la valorisation des boues. Les résultats d’enquêtes ont montré que les populations optent pour la vidange mécanique après le remplissage de leur dispositif de collecte des excréta ou latrines. De même, les agriculteurs ont déclaré être prêts à l’utilisation en champ du compost issu du traitement des boues de vidange comme biofertilisant. Le prélèvement et les analyses en laboratoire des échantillons de boues de vidange ont permis de définir le système de traitement naturel approprié ainsi que le dimensionnement des ouvrages de la station à mettre sur pied. Parvenu à ce stade, il s’est avéré nécessaire de conduire les études d’EIES pour la suite du projet afin d’évaluer les impacts de l’implantation du projet sur les populations et les différents milieux récepteurs de l’environnement.

3-     Le Mot du sectoriel compétent (DD-MINEPDED du Ndé)
Dans le premier volet de cette troisième articulation, le Délégué Départemental MINEPDED du NDE, Monsieur DONGMO Etienne, a présenté le cadre juridique qui réglemente la réalisation des EIES au Cameroun et des Consultations publiques y relatives. Il s’agit notamment de :
–    La loi N°96/12 du 05 Août 1996 portant Loi cadre relative à la gestion de l’environnement qui a consacré les articles 17 à 20 à l’EIES ;
–    Le Décret N° 2013/0171/PM du 14 février 2013 fixant les modalités de réalisation des EIES ;
–    L’Arrêté N°0070/MINEP du 22 avril 2007 fixant les différentes catégories d’opération dont la réalisation est soumise à une étude d’impact environnemental.
C’est donc en respect de ces mesures juridiques que la Commune s’est engagée à intégrer l’EIES dans ce projet de traitement et de gestion des boues de vidange.

4-    Présentation des activités et impacts potentiels du projet ainsi que les objectifs des consultations publiques.
Dans cette intervention, Le Consultant a commencé par représenter la méthodologie choisie pour la conduite des consultations des différentes parties prenantes de ce projet.
Par ailleurs, il a indiqué les composantes de la future Station de Traitement des Boues de Vidange (STBV) à construire sur le site de NOUMGHA dans l’Arrondissement de BANGANGTE. Puis, il a passé en revue les différentes phases de la mise en œuvre notamment la phase des travaux préliminaires, la phase de construction et celle d’exploitation. A cet effet, les activités associées à chacune des phases ont également été présentées. Il a relevé les différents types de déchets susceptibles d’être générés sur le site du projet durant les trois phases. Le consultant a ensuite indiqué les premiers impacts positifs et négatifs qui en résulteront. Enfin, quelques mesures envisageables ont été présentées pour réduire ou bonifier les impacts énumérés.
En outre, le consultant a également rappelé les objectifs des consultations publiques. A ce sujet, il a précisé qu’au cours de cette réunion, les participants devront s’informer davantage du projet et exprimer leurs préoccupations ou leurs doléances. Et, il a exhorté les participants à évoquer librement leurs préoccupations et doléances. Celles-ci seront prises en compte dans le rapport d’EIES. Sur ce, il a fait mention du cadre institutionnel de l’étude en indiquant que le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable (MINEPDED) est responsable du suivi et l’approbation des études d’impacts. Le comité interministériel émettra son avis préalable à l’approbation du rapport d’étude d’impact environnemental et social.

5-    ECHANGE AVEC LES PARTICIPANTS
Cette phase a été interactive et riche des apports des participants sur les points à prendre en considération dans le cadre de cette étude.
Des questions relatives aux aspects/impacts environnementaux et sociaux ont été soulevées par séries de trois et les principales préoccupations exprimées par les participants ont porté sur :
•    La localisation exacte du site du projet ;
•    Les mesures à prendre pour limiter les accidents sur la route menant au site du projet ;
•    La compatibilité entre le projet et la zone économique à construire aux environs du site du projet ;
•    Les potentiels bénéficiaires du projet, sa source de financement et le coût de la vidange de latrines;
•    Les capacités réelles de la future station de traitement des boues de vidange à construire ;
•    Les mesures sécuritaires à prendre par le personnel opérant au tour des bassins filtrants de la future station de traitement des boues de vidange ;
•    La recevabilité des déchets médicaux dans la future station de traitement des boues de vidange ;
•    Les produits de la valorisation des boues de vidange ;
•    Les mesures à prendre pour limiter la pollution de l’atmosphère par les gaz à effet de serre susceptibles d’être émis pendant la phase d’exploitation du projet ;
•    Le recrutement et le profil de la main d’œuvre ;
Ces préoccupations des parties prenantes sont présentées sous forme de questions  (Q). Leurs réponses (R) ont été apportées par les experts du consultant, le Délégué Départemental MINEPDED du NDE et certains participants ainsi qu’il suit :

 Q1 : M. DJEUDJE Roger, après avoir précisé que le site du projet se trouve à Ndouk-NdouK et non à Noumgha, veut savoir quelles sont les mesures à prendre pour faciliter l’accès au site et limiter les accidents de circulation fréquents sur la route du site de projet?
R1 : Des activités de réfection de cette route seront menées pendant la phase des travaux préliminaires et des mesures appropriées seront prises pour limiter les accidents de circulation.

Q2 : M. DJEUDJE Roger à la suite de l’expression de ses préoccupations, veut savoir s’il y’aura compatibilité entre le projet et la zone économique à implanter sur environ 30 hectares non loin du site du projet précisément à 2 km en bas de l’Eglise Evangélique (EEC) de Toukop ?
R2 : L’impact cumulatif des activités du projet couplé à celles de la future zone économique sera pris en compte pendant l’Etude et des mesures appropriées seront préconisées.

Q3 : M. AZEUFACK Dieudonné veut savoir davantage sur les potentiels bénéficiaires du projet et sa source de financement.
R3 : Les potentiels bénéficiaires du projet sont les populations de commune de BANGANTE principalement qui verront leur cadre de vie assaini des boues de vidange de leurs latrines. Les responsables des ménagent n’auront plus à reconstruire des latrines en cas de remplissage. Ces déchets ne pourront plus polluer la nappe phréatique. Les populations pourront également bénéficier des engrais issus de la valorisation des boues de vidange. De plus, ce projet qui présente un caractère innovant la région de l’Ouest pourra être sollicitée pendant sa phase d’exploitation par les populations des régions voisines.
Ce projet sera cofinancé par la Commune qui a décidé d’investir à l’unanimité des conseillers municipaux, les cinquante millions de francs (50 000 000 FCFA) obtenus du FEICOM comme prime au concours des meilleures pratiques communales pour le développement.
Par ailleurs, ce projet constitue une opportunité légale d’évacuation des déchets dans la mesure où la réglementation en la matière sera respectée notamment en ce qui concerne des manifestes de traçabilité qui seront délivrés par la Délégation Départementale de l’Environnement.

Q4 : M. NGASSAM Jean Osée demande si la collecte des boues de vidange sera gratuite ou pas ?
R4 : Etant donné que cette activité nécessitera le matériel de collecte ainsi que les véhicules de transport des boues de vidange, elle impliquera des charges financières pour la maintenance et le fonctionnement de ces équipements. De ce fait, il faudra générer des revenus pour accompagner la Mairie. Donc, la collecte sera payante. Toutefois, le montant fixé à cet effet devra faciliter l’adhésion des populations à ce projet.

Q 5: M. MFOMEN Hugues Merlin veut savoir quelles seront les capacités réelles de la station de traitement de boues de vidange et les mesures prises pour éviter qu’un opérateur ne tombe et ne soit noyé à l’intérieur des bassins.
R 5: La station de traitement de boues de vidange aura au démarrage une capacité stockage de 1500 m3 de boues /an, avec des possibilités d’extension jusqu’à 6000 m3 de boues /an. La mise en place des bassins de filtrations se fera graduellement en fonction des sollicitations. L’on aura par bassin, 6 lits de 100 m2 de surface pour une profondeur de 1,75 m en béton. Chaque lit sera muni de couches de massifs filtrants. A la base du bassin nous aurons un tuyau en matière plastique pour le transfert du filtrat au bassin de lagunage. Les risques de noyage dans un bassin seront quasiment inexistants.

Q 6: M. SADEFO Philippe veulent savoir si la station pourra traiter les déchets médicaux?
R 6 : Non, parce que ce type de déchets doit faire l’objet d’un traitement spécifique prévu par la réglementation en vigueur y afférente.

Q7 : M. FOUEGO Lazare : Quelles sont le devenir des boues séchés et méthane qui seront produits au niveau de la station ?
R7 : Les boues de vidange seront valorisées sous forme de compost. Cette option est la moins coûteuse pour la Commune. Quant au méthane, il pourra être utilisé comme bioénergie. Toutefois, les mesures seront préconisées pour limiter la pollution de l’atmosphère par ce gaz à effet de serre dont l’émission contribue au réchauffement climatique.

Q 8 : Quel est le profil de la main d’œuvre à recruter pendant les phases de mise en œuvre du projet.
R 8: Le recrutement de la main d’œuvre se fera en fonction de qualification en cas de besoin. En outre, il est très souvent souhaitable que les jeunes soient recommandés par les Chefferies auprès de la Commune. Ainsi, à compétence égale, la main d’œuvre locale sera privilégiée pendant le recrutement.

Au chapitre des doléances, les besoins des forces vives, à prendre en compte lors de la mise en œuvre du projet, sont les suivants :
•    La réfection de la route de Madja qui mène au site du projet ;
•    La mise sur pied d’un programme de descente sur le terrain pour la collecte ;
•    Le respect de la fréquence de collecte des boues de vidange.

A propos Commune de Bangangté 396 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*