Concours Régional Hygiène et Assainissement : Le dernier trophée de Célestine Ketcha Epse Courtès à la Commune de Bangangté.


La ville de Bangangté dans le département du Nde est désignée comme la ville la plus propre de la Région de l’Ouest en 2018 au terme d’une compétition regroupant toutes les communes et villes de la région.

Ce 29 Janvier 2019, dans la salle de conférence des services du Gouverneur de la Région, du beau monde y était pour suivre en direct les résultats du concours régional de la campagne d’hygiène qui met aux prises depuis quelques années plusieurs structures publiques et privées concernées par cette compétition. Le Gouverneur entouré de son état-major était assisté par les Préfets des départements et quelques sous-préfets. S’agissant des prix, le comité d’organisation a mis l’accent sur l’hygiène et salubrité telle que pratiquée dans les marchés, les hôpitaux et centres de santé, les établissements d’enseignement secondaire et de l’éducation de base, les associations des motos taxi, les marchés, les villages et enfin les villes.

Au terme de cette compétition très disputée le prix de la ville la plus propre de la Région pour l’édition 2018 est revenu à la ville de Bangangté dont ses actions innovantes n’ont laissé personne indifférent, surtout pas l’équipe du Gouverneur Fonka Awa Augustine. Ces actions faisant l’objet de nombreuses analyses ont été reconnues par le jury du comité d’organisation qui avait passé au peigne fin tous les critères. C’est le prix d’une litanie d’actions visant à améliorer le cadre de vie des populations, à promouvoir l’hygiène et salubrité en toute circonstance reconnu au niveau régional. C’est aussi le couronnement d’un travail d’ensemble, un travail d’équipe dans un esprit de solidarité entre l’exécutif municipal et les chefs de quartier qui ont massivement adhéré à la vision de Madame Célestine Ketcha Epse promue depuis le 04 janvier au poste de Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain. Ce n’est donc pas une surprise si la ville onusienne occupe une nouvelle fois de plus ce rang qu’elle a très souvent partagé avec la communauté urbaine de Bafoussam. Pour arriver à ce résultat qui fait plaisir aux populations de Bangangté, il a fallu mettre à contribution les chefs de quartiers et ces derniers ont particulièrement joué leur partition. La relance de l’investissement humain tous les jeudis matin, la création du concours du quartier le plus propre de la ville, la collecte régulière des ordures de ménages dans les coins de la ville, la création de d’une station de boue de vidange de Noumgha, l’implication massive de la population et enfin le rôle prépondérant de la société Hysacam sont autant d’actions menées sous l’impulsion de l’exécutif qui ont contribuées à remettre la ville lumière sur le toit de la région. Des actions qui ont contribuées à l’assainissement de la ville en impliquant dès la base les populations locales par ailleurs principales bénéficiaires de ces mesures d’assainissement. Toute chose qui permet de se remettre en question sur la politique publique d’assainissement, mais aussi de conclure qu’en 2019, l’exécutif et la population devront encore surfer sur la même dynamique pour se maintenir et récolter d’autres lauriers car plusieurs villes souhaiteraient gagner ce prix qui fait des vagues et créée l’émulation au sein des Collectivités Territoriales Décentralisées de la Région de l’Ouest. En se classant sur la première marche du podium avec une moyenne de 17,2/20 la ville de Bangangté a marché la tête sur les épaules sur les autres villes concurrentes.

L’Association des motos taximen de Bangangté créée à l’initiative de Madame Courtès occupe le huitième rang au classement des associations des motos taxis de la Région. A peine un an d’existence, les premiers fruits sont déjà visibles au niveau régional. En recherchant continuellement le bien-être de ses populations, Madame Courtès avait fait des motos taximen des citoyens à part entière, refusant de les voir marginaliser mais plus soucieuse à organiser et à professionnaliser leur secteur d’activité. D’ailleurs, elle les appelait affectueusement « ses ambassadeurs », comme pour dire ses représentants au même titre que les conseillers municipaux. En retour, ils avaient trouvé un petit nom pour désigner celle qui les portait en cœur, « la remé ». Cette familiarité née de cette fructueusement collaboration est le symbole de l’humilité, marque des dirigeants qui veulent réussir dans leur mission. Les premiers gestes en faveur de ces conducteurs d’engins à deux roues ont concerné la formation, puis l’examen au et l’obtention du permis de conduire le tout financé sous fond propre de la Commune. Plus tard, d’autres actions ont consisté à les habiller des chasubles estampillés au nom avec le logo de la Commune portant chacun un dossard pour identification. Quelques temps après, il a été question pour l’ancienne maire de créer une sorte d’émulation dans ce milieu avec pour objectif de les responsabiliser, de les conscientiser. Le premier prix du meilleur moto-taximen a vu le jour vu en 2017, le gagnant était celui-là qui s’acquittait de toutes ses taxes, était en possession de ses toutes pièces et respectait le code de la route tout en travaillant régulièrement avec son chasuble. Pour le récompenser, la Mairie lui avait offert une moto toute neuve, et un bon de carburant. Les dernières initiatives de la première femme maire de la Commune dans ce secteur à consister à les réunir en association et regroupé par secteur. Heureusement, ils ont compris le bien-fondé de ce choix.

Au-delà du prix de la ville la plus propre, il y a d’autres secteurs de la vie locale qui peuvent aussi promouvoir l’hygiène et salubrité dans le cadre de leurs activités. Ceux-ci méritent d’attirer l’attention de l’actuel exécutif, aucun secteur ne doit être sous-estimé ou négligé par rapport à un autre. A l’exception du prix de la ville et ce huitième rang au classement des motos taxis, la forte délégation de la Commune de Bangangté où se trouvaient Virginie Tamen Fotso rentre sans avoir glané un prix concernant les marchés, les établissements scolaires, les centres de santé et hôpitaux, les villages. Et pourtant ces structures existent bien à Bangangté. Des prix comme ceux du marché le plus propre, le village le plus propre, l’établissement scolaire le plus propre, le centre de santé le plus propre de l’Arrondissement de Bangangté doivent être lancés afin d’élargir d’une part le champ d’action, et d’autre part de permettre à la Commune de Bangangté de conquérir au même titre que les autres à tous les prix aux prochaines éditions. L’instauration d’un concours entre acteurs de ces différents secteurs dans la Commune aura pour incidence la participation et l’implication de tous. Dr Jonas Kouamouo l’a relevé lors d’un échange avec Honoré Tchaewo, Chef service Hygiène et Assainissement, les agents communaux qui encadrent ledit service. C’est déjà un palier franchit si le Premier Adjoint au Maire reconnaît et fait allusion à cette nécessité. D’ailleurs faut pas l’oublier, Bangangté c’est la commune des initiatives salvatrices.

Au chapitre des cadeaux, pour accompagner les prix, le Gouverneur Awa Fonka Augustine et son équipe ont offert aux gagnants du matériel d’assainissements constitués des brouettes, des machettes, des serpillères, des savons, des râteaux, des balais, des gants, des casquettes pour les motos, des seaux, des bassines, des bacs à ordures offert par le PMUC, des produits liquides d’entretien et nettoyage. Tout ce matériel destiné à assainir davantage le cadre de vie servira aussi à préserver saint l’environnement.

C’était aussi l’occasion pour le numéro un de la région de recevoir les vœux de nouvel an de ses collaborateurs venus des différents coins de la Région. Dans son discours, il a encouragé ces derniers à plus d’ardeurs au travail et aux gagnants des différents prix, il exhorte à poursuivre le même défi qui consiste à créer les opportunités, et à vivre dans un environnement saint propice au développement durable. Il a évoqué la crise sécuritaire dans les régions du Nord-ouest et Sud-ouest qui touche certaines localités de la région de l’ouest précisément dans les départements de la Menoua et du Noun.

Tout ce qui est bien fait dans les règles de l’art est toujours une reconnaissance. Pour les questions d’hygiène et assainissement, la Commune de Bangangté apparaît comme une experte en la matière vu les nombreux prix et reconnaissances qu’elle a glanés, au niveau régional, national et international. Une année aboutie pour la nouvelle Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat qui était encore jusqu’au soir du 04 Janvier 2019 Maire de la Commune de Bangangté. Et aujourd’hui, elle est appelée à dupliquer et à partager cette expérience dans toutes les villes du Cameroun. Ce prix reste son dernier trophée qu’elle laisse à la ville onusienne. Vous avez dit héritage, eh bien la barre est si haute et il faudra beaucoup pour le prochain exécutif à se maintenir au sommet de l’échelle des valeurs.

 

 

A propos Commune de Bangangté 382 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*