Vote du Budget : La Commune table sur un budget ambitieux de 846.210.000 Fcfa pour l’exercice 2016

Conformément aux articles 26, 29 et 30 de la loi 2004/18 du 22 Juillet 2004 fixant les règles applicables aux Communes, la Session ordinaire du Conseil Municipal de la Commune de Bangangté à l’effet de l’examen du vote du budget s’est tenue le 18 Décembre 2015 sur le regard très attentif du Préfet du Ndé, Samuel Ernest Christian Ebelle et du Sous-préfet, Charles Gall.

Le budget de la Commune croit chaque année. En 2012, il se chiffrait à 495.634.273 FCFA. En 2013, il se situait à 513.515.084 FCFA. En 2014, il pointait à 554.376.226 FCFA. Équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 846.210.000 FCFA (Huit Cent Quarante Six Millions Deux Cent Dix Milles francs CFA). Par rapport à l’exercice en cours, le budget pour l’année 2016 connaît une augmentation de 61.910.000 Fcfa, soit 7,89% en valeur relative. Autrement dit, financièrement, la Commune se porte bien. Cet aspect montre que l’Exécutif municipal et l’ensemble des Conseillers municipaux sont à pied d’œuvre pour atteindre les objectifs fixés à la Commune. Les défis sont nombreux et immenses. Certes les ressources assez insuffisantes ne constitueront pas un obstacle majeur face à la témérité de l’exécutif à tordre le cou à tout ce qui peut entraver sa marche vers la réalisation des grands projets sociaux. A en croire les interventions des uns et des autres, tout porte à croire que la physionomie de la ville de Bangangté en 2016 sera bien plus reluisante que celle d’aujourd’hui, et, que l’accès à l’eau en milieu urbain sera résolu.
Il est 10h, lorsque le Patron du Département fait son entrée dans la salle des délibérations où étaient réunis les Conseillers municipaux, l’Exécutif au complet, les Délégués, les Autorités traditionnelles, les Forces de Maintien de l’Ordre, et les médias.  Ainsi, telle que la loi camerounaise le prévoit, le Maire est tenu à présider la séance dès lors qu’il s’agit du vote du budget. Et du coup, à la faveur de cette loi, Célestine Ketcha Epse Courtès était ipso facto désignée Présidente de séance avec pour Secrétaire, Monsieur Ernest Mfonso, Secrétaire Général de la Commune de Bangangté. Après vérification des présences, il est constaté que sur les 41 conseillers municipaux de la Commune, 30 se sont représentés, 09 se sont fait représenter par le biais des procurations et 02 seulement ont répondu absents. Le quorum atteint, les travaux pouvaient alors démarrer normalement.

A l’ouverture, c’est l’Hymne national qui est exécuté en chœur. Le ton est donné avec le mot de bienvenue suivie de l’allocution du Maire. Par des slides, elle fait une présentation succincte des réalisations du plan de campagne 2015, la réalisation des projets sur fonds propres,  les réalisations par les financements du BIP 2015, et les réalisations grâce à la Coopération Internationale Décentralisée, puis la présentation du budget 2016 et quelques perspectives en termes de projets prioritaires en 2016. Au cours de son audition, Célestine Ketcha a laissé une parcelle de minutes à Pierre Marie Wanang, responsable de la régie communale de l’eau pour briefer l’auditoire sur les recommandations du Comité Communal de l’Eau et de l’Assainissement tenue la veille toujours dans la même salle. Ce premier acte est clôturé par l’allocution du Préfet du Département, qui s’est exprimé avec éloquence et courtoisie. D’abord il a remercié le Maire pour les paroles aimables à son endroit, et a dit tout le plaisir qu’il ressent à être au milieu des Conseillers. Ensuite, il a attiré l’attention en faisant deux observations qui ont porté sur le rôle de la tutelle en pareille circonstance. « Primo, la présence de la tutelle vise en premier lieu  à se rassurer que les lois et les règlements en la matière sont respectés, il s’agit de vérifier que les ratios sont respectés. Ce qui est fait », et «  Secundo, le budget est aussi un acte politique avant d’être un administratif ou juridique. Il traduit la vision de l’Exécutif qui le prépare. La tutelle peut avoir une vision différente, mais il appartient à l’organe délibérant d’examiner ledit budget et les options qui ont été présentés. A notre niveau, nous nous en tiendrons à suivre les orientations qui ont été adoptées. » A-t-il conclu. Les Conseillers sont rentrés en commissions pour étudier et débattre sur les projets de budget et de délibérations.

Revenus deux heures après le temps mis pour les travaux en atelier, les conseillers sont entrés de bonnes manières dans le vif du sujet. Les travaux en atelier leur a permis d’examiner le projet de budget, les projets de délibérations et enfin de parcourir toutes les présentations effectuées par le Maire dès le début pour se rassurer que la gestion du Maire est sans anicroches. Au nombre de huit, toutes les commissions ont fait des propositions et donné des orientations allant dans le sens de rendre la Commune de Bangangté encore plus forte, plus présente dans la recherche d’autres partenariats, dans l’amélioration des conditions de vie des populations, dans la relance et la réalisation des projets interrompus par la tutelle.
Au terme des débats vifs et constructifs en arrêts administratifs, le budget et les projets de délibération ont tous été votés par les Conseillers municipaux. En véritable lieu d’expression de la démocratie, certains conseillers très minoritaires par rapport à la représentation, pour des raisons politiciennes et peut être personnelles ont exprimé leur réticence sur quelques délibérations soumises. Mais, c’est la majorité qui l’a emporté. C’est la loi de la démocratie. Et ils se sont soumis au verdict de la majorité. Toutes les commissions ont émis un avis favorable sur les questions en adéquation avec les objectifs d’une Commune.

Prenant la parole en sa qualité de présidente de séance, Célestine Ketcha a fendu la poire en deux. Le Maire est revenu sur les investitures dans le RDPC où il a été observé des comportements peu catholiques de certains conseillers, pourtant tous militants du même parti. Elle a insisté sur la maturité politique des uns et des autres en prônant le retour au calme, à la paix et à l’unité des conseillers municipaux. L’heure n’est plus au combat, bien plus à l’apaisement.
C’est sur une note de satisfaction que cette dernière session de l’année a pris fin. Satisfaction parce que le Préfet dans son mot de clôture, en tant que Tutelle, a insisté sur le sens du civisme fiscal et a par ailleurs invité les uns et les autres à s’impliquer sur le plan du civisme fiscal, car dans « cet effort, personne ne doit être de trop ». C’est l’exemple de la taxe foncière,  qui représente un important gisement de fonds, a-t-il conclu. Il a bouclé en réitérant l’engagement de la tutelle à mettre les sectoriels compétents à la disposition de la Commune pour accompagner l’exécutif municipal dans l’exécution de ce Budget au profit des populations.

En 2016, la Commune de Bangangté pourra compter sur le soutien et l’accompagnement de sa tutelle. La paix tant souhaitée entre les différents acteurs de la décentralisation est chose possible, à une condition : que chacun mette les investitures au sein du RDPC derrière lui et accepte le verdict des urnes. Ainsi les populations seront heureuses de cette harmonie gage de développement local et durable et de paix social pour accroître les recettes propres de la Commune.

A propos Commune de Bangangté 416 Articles
Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*